Page 1 sur 1

FURIEUSE ex F

MessagePosté: Dim 11 Nov 2012 14:07
par kikicmr
La canonnière F fait partie, avec G,H et I, de la deuxième série de quatre canonnières fluviales de type Dislère (comme A,B, C et D) mise en service en 1915 sur les voies navigables du Nord et de l'Est de la France.

Sa construction commence, à l'arsenal de Brest, quelques jours avant le 20 avril 1915, et se terminera début juillet. Longue de 28,70m, large à la flottaison de 4,80m, avec un tirant d'eau moyen de 1,10m, elle est propulsée par une machine à vapeur provenant d'un torpilleur désarmé. Sa chaudière provient quant à elle d'un bateau de la Compagnie des Bateaux parisiens. Elle est équipée d'un canon de 14 cm, de deux canons de 47mm et de deux mitrailleuses.

Après les essais des 4 et 5 juillet 1915, la deuxième batterie à laquelle elle appartient part pour la Champagne, via Le Havre, Paris, puis Condé-sur-Marne le 18 juillet. Le 27 juillet, les canonnières sont à Vaudemange, à côté du souterrain du Mont-de-Billy du canal de l'Aisne à la Marne. Les tirs sont nombreux entre le 22 septembre et le 9 octobre, les combats violents, mais sans dégât important, ni perte. Fin février 1916, la deuxième batterie se déplace vers l'Oise et l'Aisne. En 1917, la deuxième batterie se déplace et combat essentiellement sur l'Aisne, puis en Belgique.

Et là, j'ai un gros soucis : sur mes différentes sources, je ne retrouve pas de trace de cette canonnière sur la Meuse. C'est pourtant ce que nous montre l'image ci-dessous, tirée d'une plaque de verre stéréoscopique :



La légende est claire : "Troyon - une canonnière". Troyon, c'est sur la Meuse, entre Saint-Mihiel et Verdun, village connu pour son fort qui, en septembre 1914, a bloqué la route de Verdun aux Allemands

Toujours est-il que la photo est particulièrement intéressante, car c'est la seule où j'ai pu voir écrite la devise "FURIEUSE" (sur la protection à l'arrière du canon), alors que d'habitude on ne voit que la lettre de l'appellation officielle (ici, F).

Fin 1918, elle est naufragée aux Sables d'Olonne en cours de remorquage, et elle est définitivement perdue le 07 novembre.


sources : photo de ma collection - renseignements tirés des articles de "Marines magazine" n°52 (octobre 2008 : "Les canonnières fluviales au combat") et n°58 (avril 2010 : "Les canonnières fluviales françaises de 1915 à 1917", par Marc Saibène) et de "Marines et Forces Navales", hors-série n°2 (janvier 2011 : "Les canonnières fluviales en opération 1915-1917", suite de l'article de Marc Saibène cité précédemment)