SUR LE PARISIEN .FR

La revue de Presse regroupe les articles que nous pourrions lire a droite & a gauche mais que tout le monde ne voit pas forcement...
Mais .. la revue de Presse uniquement FLUVIALE !!!

SUR LE PARISIEN .FR

Messagepar ANDY » Sam 21 Aoû 2010 09:30

C’est sans doute la seule « voie » parisienne dont le trafic augmente au mois d’août. La Seine, qui est sillonnée chaque jour par plus de 400 bateaux de tous types, accueille quotidiennement une bonne centaine d’embarcations de plus durant la période estivale. En plus des péniches et des barges de fret, il faut en effet compter sur les quatre grandes sociétés de transport de passagers qui renforcent leurs flottes pour les estivants.

Pour la seule Compagnie des Bateaux-Mouches, les 9 bateaux promenades (des mastodontes de 60 m de long qui peuvent transporter jusqu’à 500 passagers), tous de sortie en ce moment, effectuent pas moins de 30 rotations par jour. « Avec 2 millions de passagers chaque année, nous sommes le 4e monument de Paris le plus visité après la tour Eiffel », se félicite un porte-parole de la compagnie. « Le pic de fréquentation se situe en juillet et, dans une moindre mesure, en août », ajoute-t-il.

« En ce moment, nous affrétons 3 bateaux au lieu de 2 en période hivernale », explique de son côté un responsable de la compagnie Vedettes du Pont-Neuf. Résultat : 8 rotations supplémentaires chaque jour pour la compagnie, qui propose à ses passagers un tour d’une heure sur la Seine. « Nos bateaux comptent 350 places. Dès qu’il y a un rayon de soleil, on fait le plein. »


Remous interdits


En plus de ce renforcement de l’offre commerciale, l’afflux des plaisanciers durant l’été donne au fleuve un air d’autoroute des vacances un jour de chassé-croisé. De quoi justifier que la « voie de transit » soit placée sous haute surveillance avec sa police attitrée (la brigade fluviale, qui fête cette année ses 110 ans) et ses règles de circulation très strictes.

La navigation — interdite aux bateaux sans moteur — est ainsi limitée à 12 km/h ou même à 6 km/h dans les endroits les plus étroits du fleuve, comme entre l’île de la Cité et la rive gauche où la Seine ne fait que 30 m de large. Il y a des interdictions de trématage (dépassement) sur la majeure partie du fleuve, de nombreuses zones où le demi-tour est prohibé, des « sens uniques » (comme le bras de la Monnaie le long de Notre-Dame qui ne peut être emprunté qu’en direction de l’amont)... et même une très contraignante circulation alternée sur le « grand bras », le long des deux îles côté rive droite.

Sur ce tronçon — probablement l’un des plus touristiques —, le trafic, réglé par des feux, se fait dans un sens puis dans l’autre à heures fixes. « On calcule nos départs de façon à ne pas se retrouver bloqué aux feux rouges en face de l’île Saint-Louis, explique un responsable des vedettes du Pont-Neuf. Notre parcours dure une heure. Il faut qu’on le respecte à quelques minutes près. Sinon, ça coince. »

Une course à la régularité qui incite les pilotes à accélérer la cadence? La brigade fluviale n’effectue pas à proprement parler de contrôle de vitesse. Mais elle verbalise la création de remous (indicateur d’une vitesse excessive), le non-respect des distances de sécurité ou les dépassements interdits. L’année dernière, elle a relevé 300 infractions.
Amicalement ANDY
Avatar de l’utilisateur
ANDY
Membre aux multiples messages ;-)
Membre aux multiples messages ;-)
 
Messages: 3702
Inscription: Mar 28 Juil 2009 09:09
Localisation: en navigation sur le borneo

Retourner vers La revue de Presse

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité