Une descize sur le Rhône (chant de bateliers)

Une descize sur le Rhône (chant de bateliers)

Messagepar Babeth » Mar 19 Fév 2019 13:09

De Lyon notre départance*
Avec que trois bateaux chargés

Chargés de bois pour la marine*
En Arles notre destinée. bis


2.
De là en suivant notre route
Jusqu'à Condrieu gaillardement*
Nous avons bronqué sur la pile*
Ah ! mes amis ! Ah ! quel tourment !

3.
A Port-Vieux, près de Barcasse,*
Nous amarrons face à Viviers.
Ah ! chers (au bis : mes) amis, quelle béviance !*
La saint-Nicolas on fêtait.

4.
Dans le Bagnar, mauvais passage*
Un ventaro s'est élevé*
Il a fallu porter la maille en terre*
Trois mariniers presque noyés.

5.
En Avignon, ville des Papes,
Après le Pont du Saint-Esprit,
On s'arrêta chez Mère Agathe*
Pour y tâter son bon vin gris.

6.
Arles ! Arles ! Arles !
Arles, voici la destinée
Nous amarrons le long des quais.
Le patron de sa voix rouée*
Nous crie : « Bravo les mariniers ! »

Chantée en 1968 par M. Brugier né à Châteauneuf en 1887.

Départance : mot du moyen-français signifiant départ.

Chargé de bois : le bois provenait principalement des Alpes, de Savoie ou du Jura.
Les troncs assemblés, constituaient d'immenses trains de 60 à 80 m de long qui étaient conduits avec beaucoup de difficultés par les mariniers.
Le passage des ponts se révélait encore plus difficile qu'avec d'autres embarcations.
Cela explique la strophe : " Nous avons bronqué sur la pile "
Condrieu : ville située sur la rive droite du Rhône au sud de Vienne était un centre de batellerie réputé.
Bronqué : heurté.
La pile : il s'agit de la pile d'un pont, celui de Condrieu probablement.
On sait quelles difficultés représentait pour les mariniers le passage sous les ponts en raison de l'étroitesse des arches, de la force du courant et des tourbillons créés par l'eau entre les piles.
A Pont-Saint-Esprit, par exemple, le célèbre pont de 20 arches ne pouvait être franchi qu'à proximité d'une seule pile, la « pile marinière »;
et encore une manœuvre très compliquée était-elle nécessaire pour y arriver, même avec des bateaux à vapeur.
Port-Vieux : c'est le nom du petit port de Châteauneuf, ville où a été recueillie cette chanson.
La Barcasse : est le nom de deux îles du Rhône situées entre Le Teil et Châteauneuf
Béviance : mot inconnu du français ancien ou moderne et également de la langue d'oc, semble être une création sur le modèle de bombance.
Bagnar : mot inconnu.
Ventaro : petit vent.
Maille : câble qui reliait les bateaux aux chevaux de halage, à la remontée.
Chez Mère Agathe : il doit s'agir de l'une de ces auberges pour mariniers qui abondaient sur le quai du Rhône à Avignon.
Rouée : forme ancienne d'enrouée.
(Jean-Claude Bouvier)

https://youtu.be/KUyWsGpGPpQ
Babeth
Membre regulier
Membre regulier
 
Messages: 52
Inscription: Sam 16 Fév 2019 06:18

Re: Une descize sur le Rhône (Chant de bâteliers)

Messagepar CITERNA 12 » Sam 23 Mar 2019 16:25

Salut Babeth
Coïncidence. Hier, Mireille Bastet de Mondragon m'a fait passer le texte intégral de l'article de Jean-Claude Bouvier paru dans la revue Le Monde alpin et rhodanien de fin 1974. Du coup, avec ce you tube, j'ai aussi l'air, que je pensais ne pas pouvoir déchiffrer.
Méfi, de bronquer !..
JB
CITERNA 12
Membre regulier
Membre regulier
 
Messages: 803
Inscription: Mer 15 Jan 2014 09:21


Retourner vers LES CHANSONS MARINIERES

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités